Restauration

La restauration d'un instrument peut parfois nécessiter de lancer un chantier aussi important que celui d'une fabrication complète.
L'instrument est devenu injouable au fil du temps du fait de son usure normale et/ou d'interventions et parfois de transformations malheureuses.
Cette restauration doit se faire au maximum dans la conservation des bois, des pièces et de l'aspect d'origine.
Celle d'un instrument de valeur doit toujours s'accompagner d'un dossier avec illustrations des opérations et éventuelles modifications réalisées.

Restauration Guitare Tenor Gibson 1930 – Partie 1 – Avant restauration

Cet instrument chiné sur le net aux Etats-Unis était présenté comme un projet de restauration. Aimant redonner vie à des instruments un peu délaissés mais prometteurs, j'ai relevé le défi.
Entièrement en acajou table comprise (à l'exception de la touche et du chevalet en palissandre) celui-ci a dû en voir de toutes les couleurs, l'instrument était dans un état terrible. Il avait beaucoup souffert et au delà des outrages du temps, son propriétaire avait dû lui faire subir ceux des soirées sessions, jazz je suppose (il était accordé en CGDA), enfumées et bien arrosées. Compagnon malmené mais fidèle, avec probablement une belle histoire musicale car il sonnait remarquablement malgré son état et quelques bruits parasites venant entre autres des barres décollées.
Après une exploration de l'intérieur, il n'y avait plus aucun doute, il fallait "défonder" (c'est toujours un dilemne car une bonne partie de l'histoire de l'instrument comme le vernis d'origine s'envole dans cette opération, mais il n'y avait pas le choix, je vous laisse examiner les photos).

Restauration Guitare Tenor Gibson 1930 – Partie 2 – Restauration

Vu de l'extérieur, plusieurs "cracks" sur la table, dont un sur toute la longueur de la table. Plusieurs "cracks" également sur le fond, le fond s'étant même fendu en deux après avoir ôté les barres d'origine, qu'il fallait absolument remplacer vu leur état.
Vu de l'intérieur, les photos se passent de commentaires. L'intérieur avait été badigeonné au travers de la rosace avec toutes sortes de colles, animales, époxy etc. un gros mélange qu'il n'a pas été simple de nettoyer. Les barres manquantes ont été remplacées, les barres décollées recollées, certaines avec des "greffes". Un travail de patience, minutieux, long (il faut créer des outils et cales sur mesure), mais super intéressant et gratifiant ! Le fond a été recollé, le filet remonté. Le son n'a rien perdu, et les bruits parasites ont disparu. Pour aller jusqu'au bout de l'exercice avant le revernissage, il faut encore changer la touche qui a définitivement trop vécu. A suivre...